Vers un accueil pour tous

Accompagner les familles et les structures éducatives pour que le droit aux loisirs devienne une réalité pour tous les enfants quelles que soient leurs différences. C’est un droit fondamental. Voila l’ambition de notre démarche « 100 % Loisirs - vers un accueil pour tous ».

Accueil > Actualités > Reportages > Une maman nous parle de son vécu

Une maman nous parle de son vécu

Interview de la maman de Romain. Aujourd’hui, elle nous parle de son vécu et fait le bilan sur l’accueil de son enfant au centre de loisirs d’Igney.

  • Quels sont les besoins spécifiques de votre enfant ?

Mon fils Romain a 7,5 ans. Il a besoin d’être entouré. Il lui faut une vigilance accrue car il peut avoir des comportements imprévisibles - il était en maternelle avec une AVS-i à la rentrée il entre en CLIS.

  • Comment c’est déroulé l’accueil de votre enfant au centre de loisirs ?

Il est accueilli depuis 3 ans au centre de loisirs d’Igney. J’avais beoin de le faire garder car son père et moi-même travaillons. J’ai demandé conseil à mon médecin traitant qui m’a indiqué le centre d’Igney. Je souhaite qu’il puisse être avec d’autres enfants et découvrir d’autres univers. Au départ, un accueil progressif s’est mis en place sur une matinée de temps à autre.

  • Aviez-vous des craintes, des appréhensions ?

Ma principale préocupation était qu’il soit en sécurité, bien encadré et accompagné par des personnes de confiance.


  • Quelles adaptations ont-été mises en place pour prendre en compte ses besoins particuliers ?

Par exemple, Romain se fatigue rapidement et a besoin de calme et doit donc régulièrement se reposer. Et je sais qu’il a la possibilité au centre de loisirs de s’isoler pour être au calme. Parfois il met ses mains sur ses oreilles pour indiquer qu’il y a trop de bruit pour lui. En revanche, j’insiste pour qu’il ne soit pas traité à part, différement des autres enfants y compris en ce qui concerne le respect des règles. Il est très important qu’il respecte les mêmes règles.

  • Pour vous, pourquoi est-il important de permettre aux enfants en situation de handicap d’être accueilli en centre de loisirs ?

Romain a tendance à s’isoler, à plus observer que participer. En étant avec les autres enfants ça lui permet de faire des choses différentes. Il apprend en imitant les autres. En terme de socialisation, je pense que les enfants quels qu’ils soient évoluent mieux s’ils sont mélangés. Cette mixité permet d’éviter la stygmatisation et le fait qu’il soit mis dans une case. Mais cela est valable pour tous les enfants. Une anecdote récente m’a beaucoup marquée. Des parents d’élèves de la classe de mon fils sont venus me trouver pour me remercier d’avoir mis mon enfant dans la classe du leur. Ils m’ont témoigné leur reconnaissance en m’expliquant que le fait de côtoyer Romain au quotidien avait permis à leur enfant d’apprendre la tolérance en apprenant à vivre avec la différence. Ces témoignages m’ont beaucoup émus et prouvent que les apports et les progrès vont dans les deux sens.

  • Quels apports, quels progrès à selon vous apporté l’accueil de votre enfant en CL ordinaire ?

C’est un ensemble de personnes qui fait qu’il évolue : grâce à l’action combinée et complémentaire de la famille, de l’enseignante, des animateurs, des personnels spécialisés, d’où l’importance d’encourager le travail en complémarité des différents intervenants autour des enfants en situation de handicap. Personnellement, je constate que Romain depuis quelques temps va plus vers les autres.

  • Pour vous, quelles sont les priorités pour améliorer l’accueil des ESH en ACM ?

Je pense que les parents ont besoin d’être rassurés sur le fait que leur enfant sera bien entouré, que des personnes bienveillantes vont s’occuper de lui. Je peux vous donner un exemple. Romain au début avait besoin qu’on le sollicite et qu’on l’accompagne jusque devant le toilette. Car si personne n’y pensait, il pouvait se retenir toute une journée.


  • Quels seraient vos conseils pour une équipe d’animation qui n’a jamais accueilli un ESH ? Et pour des parents qui appréhendent de faire la démarche d’inscrire leur enfant en CL ?

Une bonne relation, un dialogue, une communication entre les parents, les animateurs et directeur. Par exemple, il est très important pour moi de prendre le temps de faire le point avec les animateurs afin de reprendre à la maison ce qui n’a pas été au centre de loisirs dans la journée. Et de la même manière, j’informe l’équipe d’animation de ce qui ce passe à la maison pour ça évolue des deux côtés. Car on partage tous le même objectif qui est le bien-être et l’épanouissment de Romain. Je conseillerais aussi aux animateurs de faire preuve de patience et de calme.

  • Quels seraient vos conseils pour pour des parents qui appréhendent de faire la démarche d’inscrire leur enfant en CL ?

Jouer franc jeu, être clair sur les capacités mais aussi dire honnêtement ce qui peut arriver en expliquant comment réagir en cas de crise. Je pense au regard de mon expérience qu’un travail sur soi en tant que parent est nécessaire au sujet de l’acception du regard des autres.

Propos recueillis par Fabrice Le Roux.

vendredi 6 février 2015, par Fabrice Le Roux